12_B_W- Black_White, la tendenza migrant
B&W Lab Firenze foto Giulia Pec Lenzi.jpg
B&W LAB Firenze_Foto Giulia Lenzi-1811565.jpg

B&W -Black&white Lab. Florence
- ABITO -
(Habillement/Robe)

 

Le Laboratoire B&W est un événement d'investigation artistique

sur le Style Migrant. Un style qui, tout en trouvant à chaque fois des déclinaisons personnelles et individuelles, présente des particularités capables de nous rappeler l’histoire du monde, celle des échanges commerciaux ou des puissances coloniales et médiatiques mais aussi de ses mythes.

Il s’agit d’une formation qui donne une opportunité d’approfondir les questions liées à la mode interculturelle et à sa relation avec les identités transculturelles et la mise en réseau entre les réalités de la couture et celles de la mode migrante.

 - Robe -

BW_F_0299.jpg

La deuxième édition du format B&W Lab a été organisée par Nation25 et FUM Studio sous la direction artistique de Caterina Pecchioli et a eu lieu au MAD Murate Art District à Florence entre le 1er et 17 juin 2022, avec le soutien des fonds Otto per Mille de l’Église vaudoise.

 

Habillement : Dans la philosophie aristotélicienne (comme une traduction de gr. ἕξις), l’habillement est une disposition à être ou à agir d’une certaine manière; elle diffère de l’habitude parce qu’elle implique un engagement actif.

Le thème de cette année est à la fois un verbe de l’indicatif présent : ABITO et un nom : LA ROBE

C’est précisément autour de ce syncrétisme du sens du terme que s’est développée l’investigation du laboratoire interdisciplinaire.

 

L’atelier s’est concentré sur la robe en tant que manifestation de soi-même. Il s’agissait d’une étude participative et interculturelle avec la présence d’étudiants italiens, de demandeurs d’asile et de réfugiés d’origines diverses, pour étudier la relation complexe existant entre l’habillement, la vie et l’identité.

 

Nous avons observé comment les choix quotidiens de s’habiller des participants, les influences territoriales, sociales et culturelles, peuvent mettre en évidence une plus grande conscience des identités cosmopolites et interculturelles.

 

Les mots : Les significations de certains mots liés aux pratiques vestimentaires dans les différentes langues des participants - d’Afghanistan, du Bangladesh, de Gambie, de Géorgie, d’Italie, du Mali, du Pakistan, de Syrie - ont été analysées pour comprendre comment ils sont capables d’élargir la perspective sur le lien entre l’habillement et la vie, la tradition et les influences culturelles multiples et extraterritoriales.

 

Moodboard : Des moodboards ont été créés par les participants, sous l’accompagnement didactique du studio FUM en la personne de Giulia Ceragioli et avec la contribution de Francesca Zaninetta, pour visualiser comment la façon de s’habiller est aussi un chemin en mouvement lié à la transformation identitaire, sociale et territoriale.

Calendrier/Magazine : À partir des photos sur les réseaux sociaux et des vêtements des participants, des tenues représentatives du style de rue des participants ont été sélectionnées pour créer un magazine-calendrier qui recueille les traces de cet atelier d’analyse. 

Cet atelier de création a été suivi d’une séance photo  avec le photographe

 Francesco de Luca (Commessofotografo) et les stylistes-créateurs Victor Abbey-Hart et Nosakhare Ekhator, qui ont imaginé à la fois les tenues et des poses avec la collaboration des participants avec lesquels au cours de l’atelier, les stéréotypes et les exotisations liés aux pays d’origine ont été analysés pour leur permettre de faire un choix conscient et décisif.

Foto: Francesco De Luca

L’atelier participatif a impliqué une vingtaine d’hommes et femmes de huit nationalités différentes. 

Il s’agissait d’étudiants demandeurs d’asile et réfugiés de l’école d’Italien In Altre Parole, de demandeurs d’asile invités de Caritas et d’étudiants italiens et étrangers du cours de méthodologie du design de l’Académie italienne - Arte Moda & Design de Florence.

B&W LAB Firenze_Foto Giulia Lenzi
press to zoom
B&W LAB Firenze_Foto Giulia Lenzi
press to zoom
1/10

B&W-Lab. et AtWork par la Fondation Moleskine

293993240_503774668216683_3661288986845060056_n.jpg

L'édition de cette année a également permis de renouveler la collaboration avec la Fondation Moleskine, qui a invité les participants à s'interroger sur le thème de leur formation : « What Comes First » ?( "Qu'est-ce qui vient en premier?"). AtWork: “What Comes First?”. 

 

Cela a été l’occasion pour les participants de créer un recueil de leurs réflexions visuelles et textuelles que cette question a suscité en la mettant en relation avec le thème "Robe" : Qu'est-ce qui prime dans ce que l'on cherche à montrer aux autres et à soi-même à partir du choix simple et quotidien de ce que l'on porte ? Existe-t-il une hiérarchie dans le syncrétisme des cultures présent dans les vêtements des jeunes qui sont à cheval sur plusieurs cultures ? Qu'est-ce qui est prioritaire par rapport au choix individuel, à la vision culturelle et à l'appartenance (habillement vs. habitation) et donc, par rapport à la définition aristotélicienne de l'"habillement", la question est : quelle est la priorité donnée à ce choix d'habillement qui n'est pas passif mais qui serait un "engagement actif" ? 

La « Moleskine » représente un cœur gravé sur le recto et un cerveau au verso, tandis qu'au centre, le papier en aluminium reflète l'image de celui qui regarde, pour une réflexion sur soi et sur ce qui intervient en premier entre le sentiment et la pensée. 

Le reste des pages est un collage collectif (moodboard) d'impressions personnelles, de souvenirs, de dessins et de photos inspirés par le lien entre les vêtements, la vie et l'identité. 

293733847_503774751550008_8352817988633770378_n.jpg
294155045_503774641550019_5045163755658266062_n.jpg
Programme B&W lab.

Crédits:

Le laboratoire B&W a été organisé par Nation25 et FUM Studio, sous la direction artistique de Caterina Pecchioli

un projet de B&W-Black&White, The Migrant Trend, APS ;

 

En collaboration avec : Africa e Mediterraneo, Accademia Italiana, Coop Il Girasole, MAD Murate Art District, Moleskine Foundation, Murate Idea Park, Progetto Agata Smeralda Onlus, Scuola In Altre Parole.

 

Projet soutenu par des fonds Otto per Mille de l'Église vaudoise.

Avec la participation de : Muhammad Adnan, Mohammed Ahsan, Raza Haris Ali, Simone Biagioli, Ibrahima Cissey, Fatty Ebrima, Umar Muhammad Farooq, Viola Grassi, Dilawar Hussain, Natia Maglakelidze, Maryam Mehrzad, Arianna Monaca, Howlader Kamran, Sagar Nazir, Lina Roshangar, Samar Saab, Afreedi Shahid, Viola Soldani, Diaki Toure.

Merci à : Victor R. B. Abbey-Hart, Moussa Baraji, Giulia Ceragioli, Francesca Chiarini, Francesco de Luca, Nosakhare Ekhator, Sandra Federici, Silvia Galvagni, Elena Ianeselli, Chiara Fontanella, Valentina Gensini, Tania Gianesin, Justin Randolph Thompson, Camilla Salvi, Giulia Pec Lenzi, Francesca Zaninetta.

Photographies exposition et du calendrier : Francesco De Luca

 

Tournage et montage vidéo : Giulia Pec Lenzi

loghi.jpg